Et ce n'était pas pour rien. Comme je l'indiquais dans ce précédent article, si Albanel était contente malgré la censure de la loi Internet et Création par le conseil constitutionnel, c'est évidemment parce que sa mission était bien plus importante que d'endiguer le piratage. C'est Jean-François...